trois éléments du cadre de la psychanalyse

Biographie de Sigmund Freud - 1856-1939

Cette page et ses suivantes rappellent les principales dates de la vie de Sigmund Freud, sans vocation à être exhaustives.

De la naissance à l'adolescence (1856)

Sigmund Freud naît à Freiberg in Mähren le 6 mai 1856. Cette ville de Moravie-Silésie, actuellement dénommée Príbor, faisait partie de l'empire austro-hongrois lors de sa naissance.

Ses parents s'installent à Vienne en 1860. Sigmund Freud y grandira en étant l'aîné d'une nombreuse famille de sept enfants.

Formation

Sigmund Freud suit des études de médecine de 1873 à 1881. Ses études furent interrompues par son service militaire et retardées par ses travaux aux côtés de Ernst von Brücke en tant que physiologiste assistant.

C'est en menant ces travaux que Freud put travailler auprès de Joseph Breuer qui expérimentait sa méthode dite cathartique. Le cas de la patiente de Breuer connue comme "Anna O." servira ultérieurement de base aux "Études sur l'hystérie" que Breuer et Freud publieront en 1895.

En 1882, Sigmund Freud entre à l'hôpital de Vienne. Il y restera trois ans, en étant affecté successivement aux services de chirurgie, de psychiatrie, d'opthtalmologie et enfin de dermatologie.

L'hypnose

À l'automne 1885, Sigmund Freud s'installe à Paris pour travailler sur l'hypnose auprès du neurologue Jean-Martin Charcot. Cette collaboration sera courte, ne dépassant pas six mois, mais sera marquante pour Freud qui en gardera l'idée que des souvenirs enfouis et apparemment oubliés peuvent être exprimés grâce à l'hypnose.

Freud restera en relation avec Charcot et reconnaîtra la valeur fondatrice de cette expérience. Cependant, Freud sera bientôt amené à douter des vertus de l'hypnose comme méthode thérapeutique.

Mariage et installation professionnelle

Pendant le dernier trimestre de 1886 deux événements importants dans la vie de Sigmund Freud eurent lieu. D'une part, il épousa Martha Bernays qu'il avait connue quatre ans plus tôt, et, d'autre part, il ouvrit un cabinet et s'installa comme praticien indépendant.

En 1887, Freud rencontra Wilhelm Fliess avec qui il développera une longue amitié se traduisant par une importante correspondance.

De 1887 à 1889, Sigmund Freud poursuivit ses études sur l'hypnose en s'intéressant aux travaux d'Hippolyte Bernheim sur les hystériques.

La cure par la parole (1890)

À partir de 1890, les doutes de Sigmund Freud sur l'intérêt de l'hypnose comme thérapie se confirment. Il se rapproche alors de Joseph Breuer avec qui il publie des articles sur l'hystérie et développe ses travaux sur la cure par la parole.

Freud restera dès lors fidèle à l'idée de révélation de l'inconscient par le langage, qui est un des fondements de la psychanalyse.

Le transfert

Un autre pilier de la psychanalyse verra son importance reconnue dans les années suivantes, le transfert entre le patient et son thérapeute, c'est-à-dire la projection de sentiments du patient sur la personne menant la cure.

1895 verra la naissance de son sixième et dernier enfant, Anna, qui deviendra psychanalyste après avoir été analysée par son père.

L'année suivante, en 1896, Sigmund Freud nomme sa théorie et la pratique associée "psychanalyse", la reconnaissance tant attendue est proche.

La fin de cette année sera marquée par le décès du père de Sigmund Freud, suivie par un deuil difficile, et le début de ce qu'il qualifiera d'auto-analyse.

Analyse des rêves

Sigmund Freud se servira de l'analyse de ses propres rêves comme support de son auto-analyse. Voie royale vers l'inconscient, selon son expression, les rêves condensent et transforment les idées incons­cientes. Leur analyse permet ainsi d'accéder aux savoirs refoulés.

Les travaux de Freud sur les rêves seront publiés dans "L'interprétation des rêves" puis dans "Sur le rêve" en 1899 et 1900.

Première topique

Dans ces livres sur l'importance de l'étude des rêves, la première topique de l'appareil psychique est décrite.

Cette modélisation recourt à trois espaces "superposés", inconscient, préconscient et conscient, entre lesquels circulent les souvenirs et les idées en se heurtant à des barrières.

Le complexe d'Œdipe

Sigmund Freud mentionne le complexe d'Œdipe dès 1897. Faisant référence au drame shakespearien, il symbolise l'amour de l'enfant pour sa mère et la jalousie conséquente ressentie envers son père.

Enfin reconnu par ses pairs et la bourgeoisie viennoise, Freud exerce en 1899 en tant qu'assesseur de l'Assocation impériale-royale pour la psychiatrie et la neurologie. Son cabinet se développe, il est libéré des contraintes matérielles qui le préoccupèrent en début de carrière.

Nouveau siècle, nouvelle science (1901)

En 1901, Sigmund Freud découvre une autre voie d'accès à l'inconscient, le lapsus, qui est décrit avec les actes manqués dans "Psychopathologie de la vie quotidienne". La psychanalyse sort avec ce livre du cadre de la pathologie pour s'intéresser aussi aux comportements.

Le mouvement psychanalytique se développe, sa renommée et celle de son instigateur atteignent les États-Unis d'Amérique, et des personnalités reconnues ou en devenir de la psychiatrie, telles Carl Jung, le rejoignent.

À partir de 1902 la Société Psychologique du Mercredi réunit chaque semaine Sigmund Freud avec des adeptes de la psychanalyse. La réunion de psychanalystes en sociétés assurant échanges et formations perdure de nos jours.

Essor de la psychanalyse

Les cures menées par Sigmund Freud lui permettent d'affiner la théorie analytique. Il expose ainsi le concept de résistance, qui caractérise les freins mis par l'analysé à sa thérapie.

La publication en 1905 de l'analyse de "Dora" sous le titre de "Fragment d'une analyse d'hystérie" montre l'aboutissement de la notion de transfert. Les symptômes du patient sont remplacés par une névrose de transfert qui doit à son tour être analysée.

Cinq leçons sur la psychanalyse

L'année 1909 sera riche en événements : parution de la première revue de psychanalyse, dans laquelle figure le compte-rendu de l'analyse à distance du "petit Hans", puis tenue à Salzbourg du premier congrès international de psychanalyse.

Enfin, toujours en 1909, Sigmund Freud se rend avec Sandor Ferenczi et Carl Jung sur le continent américain pour présenter la psychanalyse. Le recueil de ses conférences à la Clark University (Massachusetts) sera publié sous le titre de "Cinq leçons sur la psychanalyse".

Association Internationale de Psychanalyse (1910)

Paradoxalement, la fondation de l'Association Internationale de Psychanalyse par Sigmund Freud en 1910 n'aura pas le rôle fédérateur attendu. Les années suivant sa création verront l'éloignement de certains des plus proches soutiens de Freud.

Cependant, cent ans après sa fondation, cette association est encore active et comprend soixante-dix organisations réunissant douze mille psychanalystes.

Premières ruptures

Dès 1906, Freud s'était fâché avec Wilhelm Fliess. Alfred Adler en 1911, Carl Jung en 1913, Otto Rank en 1924 et Sandor Ferenczi en 1929 feront scission avec la théorie freudienne pour créer leur propre pratique.

Ainsi, Jung va-t-il créer la psychologie analytique en otant à la psychanalyse certains de ses principes essentiels tels que le complexe d'Œdipe.

Publications et concepts

Pendant cette décennie, Sigmund Freud va approfondir la théorie psychanalytique en explorant de nouveaux concepts au cours de ses publications.

L'étude du cas du "Président Schreber" (1911), "Introduction à la psychanalyse" (1916) puis "Au-delà du principe de plaisir" (1920) introduisent les pulsions de vie et de mort, les principes de plaisir et de réalité, ainsi que la seconde topique.

Par ailleurs, "Totem et tabou" (1913) fait sortir la psychanalyse du cadre individuel pour en montrer les implications sociales.

Seconde topique

La seconde topique de l'appareil psychique, élaborée en 1920, complète la première topique, présentée vingt ans plus tôt.

La construction et l'évolution de la personnalité sont ainsi expliquées par les rôles respectifs du Moi, du Ça et du Surmoi.

L'année 1920 sera marquée par le décès de la deuxième fille de Sigmund Freud, Sophie. Cette même année le titre de "professeur ordinaire" lui sera attribué par l'université de Vienne.

La psychanalyse, une science établie (1921)

La reconnaissance de la psychanalyse se poursuit, avec en particulier l'ouverture de cliniques psychanalytiques à Berlin, Londres et Vienne.

La renommée que son fondateur avait tant désirée est alors grande, il reçoit à Vienne de nombreux intellectuels européens, parmi lesquels figurent l'écrivain surréaliste André Breton et la romancière Lou-Andreas Salomé avec qui il a correspondu pendant près d'un quart de siècle.

Cependant, la vie de Sigmund Freud sera assombrie par un cancer de la mâchoire diagnostiqué en 1923.

Ouverture hors du monde médical

Sigmund Freud ouvre à cette époque la possibilité aux non-médecins de pratiquer la psychanalyse. Les questions de la reconnaissance et de la formation du psychanalyste, hors de tout cursus universitaire, resteront dès lors essentielles.

En 1925, Freud fait la connaissance de la princesse Marie Bonaparte, qu'il analyse et forme à sa pratique. Marie Bonaparte jouera un rôle essentiel dans le développement de la psychanalyse en France, en faisant partie des psychanalystes fondateurs de la Société Psychanalytique de Paris dès 1926 puis en traduisant des œuvres de Freud en français.

De l'individu au social

Les écrits des années suivantes s'intéresseront aux groupes sociaux et chercheront à leur appliquer les principes de la psychanalyse.

Ainsi, "Malaise dans la civilisation" (1930) et "Pourquoi la guerre ?" (1932) dépasseront le cadre du psychisme individuel. Ce dernier livre est constitué de deux lettres, la première étant rédigée par Albert Einstein.

Par ailleurs, le rôle de la religion sera abordé dans "L'avenir d'une illusion" (1927) puis dans "Moïse et le monothéisme" (1938).

L'exil à Londres

Après l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne en 1938, Sigmund Freud doit se résoudre à quitter Vienne, aidé par des personnalités internationales.

Installé à Londres en juin 1938, Sigmund Freud y résidera jusqu'à sa mort le 23 septembre 1939 des suites du cancer dont il souffrait depuis seize ans.

Valid XHTML 1.0

Toute copie, y compris partielle, des textes et photos de ce site est interdite.

© Boriva 2010-2019Mentions légalesContact