trois éléments du cadre de la psychanalyse

Biographie de Sigmund Freud 1890-1900

La cure par la parole

À partir de 1890, les doutes de Sigmund Freud sur l'intérêt de l'hypnose comme thérapie se confirment. Il se rapproche alors de Joseph Breuer avec qui il publie des articles sur l'hystérie et développe ses travaux sur la cure par la parole.

Freud restera dès lors fidèle à l'idée de révélation de l'inconscient par le langage, qui est un des fondements de la psychanalyse.

Le transfert

Un autre pilier de la psychanalyse verra son importance reconnue dans les années suivantes, le transfert entre le patient et son thérapeute, c'est-à-dire la projection de sentiments du patient sur la personne menant la cure.

1895 verra la naissance de son sixième et dernier enfant, Anna, qui deviendra psychanalyste après avoir été analysée par son père.

L'année suivante, en 1896, Sigmund Freud nomme sa théorie et la pratique associée "psychanalyse", la reconnaissance tant attendue est proche.

La fin de cette année sera marquée par le décès du père de Sigmund Freud, suivie par un deuil difficile, et le début de ce qu'il qualifiera d'auto-analyse.

Analyse des rêves

Sigmund Freud se servira de l'analyse de ses propres rêves comme support de son auto-analyse. Voie royale vers l'inconscient, selon son expression, les rêves condensent et transforment les idées incons­cientes. Leur analyse permet ainsi d'accéder aux savoirs refoulés.

Les travaux de Freud sur les rêves seront publiés dans "L'interprétation des rêves" puis dans "Sur le rêve" en 1899 et 1900.

Première topique

Dans ces livres sur l'importance de l'étude des rêves, la première topique de l'appareil psychique est décrite.

Cette modélisation recourt à trois espaces "superposés", inconscient, préconscient et conscient, entre lesquels circulent les souvenirs et les idées en se heurtant à des barrières.

Le complexe d'Œdipe

Sigmund Freud mentionne le complexe d'Œdipe dès 1897. Faisant référence au drame shakespearien, il symbolise l'amour de l'enfant pour sa mère et la jalousie conséquente ressentie envers son père.

Enfin reconnu par ses pairs et la bourgeoisie viennoise, Freud exerce en 1899 en tant qu'assesseur de l'Assocation impériale-royale pour la psychiatrie et la neurologie. Son cabinet se développe, il est libéré des contraintes matérielles qui le préoccupèrent en début de carrière.

Suite :

Valid XHTML 1.0

Toute copie, y compris partielle, des textes et photos de ce site est interdite.

© Boriva 2010-2016Mentions légales Contact